se syndiquer

Pourquoi se syndiquer à la CGT ?

 


La CGT – Rappel historique

                                     

1895 : création de la CGT à Limoges

1940 : les syndicats confédérés sont interdits. La CGT s’engage dans la résistance.Elle organise meme, sous l’occupation des manifestations à Paris et en Province dont certaines seront lourdement réprimées par l’occupant.En aout 1944, les militants de la CGT libèreront la bourse du travail à Paris.

1945 : des militants de la CGT entrent au gouvernement du conseil de la Résistance sous l’autorité du Général de Gaulle.

Les ministres CGT font adopter la création de la Sécurité Sociale et des Comités d’Entreprise .

Dans les Caisses d’Epargne

En 1947 , refusant la division de la CGT , les militants affiliés à la CGT de la Caisse d’Epargne créent le Syndicat Unifié des Agents et Cadres des Caisses d’Epargne (SU) dont l’objectif est le retour à la  » grande CGT réunifiée  » laissant le choix aux adhérents de se syndiquer en dehors de l’entreprise à la confédération de leur choix.

C’est ainsi que , jusqu’en 1980 , le SU est composé majoritairement de militants de la CGT . Ce sont ces memes militants qui posent les fondements du Comité d’Entreprise que nous connaissons actuellement et qui mèneront les différentes luttes engagées dans les années 1970 et début 1980. Ces actions auront pour résultats les nombreux droits dont nous bénéficions encore aujourd’hui.

Si , à Paris ce sont les militants CGT qui dirigent le SU , il n’en est pas de meme en Province ou les droits ne sont pas aussi avancés. Peu à peu les militants CGT du SU parisien sont exclus des responsabilités du SU national. Les orientations syndicales divergent et en 1980 est créée la CGT dans les Caisses d’Epargne , à Paris , Toulon , Marseille et Lyon notamment.

A Paris , en 1976 , une grève de trois mois avec 90% du personnel et occupation des locaux du siège rue du Louvre est l’un des plus longs conflits de l’histoire sociale française.

En 1981 , une grève de trois semaines aboutit à un accord signé par la CGT instituant 36h de travail hebdomadaire , la titularisation de 150 auxiliaires ( les ex-CDD) et une embauche de 150 personnes programmée sur 2 ans .

En 1985 , la CGT organise un référendum sur les horaires variables auprés du personnel du siège concerné et très intéressé : plus de 80% de réponses positives . La CGT signe l’accord sur les horaires variables.Ceux-ci sont désormais appliqués.

En 1982 , la CGT obtient 35% des voix aux élections sur Paris . De nombreuses innovations verront le jour au comité d’entreprise , toujours existantes à ce jour .

En 1991 , lors de la fusion de Paris avec Meaux , melun et Evry , la lutte du personnel avec la CGT permettait de garantir tous les droits parisiens à l’ensemble des salariés de la nouvelle entité , ce qui fut une avancée considérable pour les collègues de ces trois anciennes caisses qui n’avaient pas les memes acquis .

La Caisse d’Epargne de Paris organise par concours de nombreuses embauches dans les années 1970.

Parmi ces nouveaux embauchés , nombreux sont ceux qui ne sont pas entrés dans une caisse d’épargne par hasard .L’idée de la banque créée en 1818 par Benjamin Delessert et François de la Rochefoucauld Liancourt est prédominante: une banque originale déontologique chargée de financer les collectivités locales et le logement social.

Quand il n’y avait pas d’actionnaires à rémunérer l’évolution sociale avec la pression des employés et de leurs syndicats fut importante : salaires , prets , droits sociaux et syndicaux , comité d’entreprise . Notre entreprise était un exemple social.

Trop certainement aux yeux du pouvoir politique et économique, qui voyait la un mauvais exemple à donner aux autres salariés .

La loi bancaire de 1984 fut le prémice à l’éclatement de cette structure originale pour peu à peu l’amener dans la jungle des marchés.

Après 1968 qui donna des nombreux droits sociaux et syndicaux au personnel , les militants de la CGT au sein du SU furent à l’origine de la mise en place des bases qui aujourd’hui régissent notre Comité d’Entreprise .

A la fin des années 1970, les orientations syndicales divergent entre ceux qui acceptent de cautionner les reculs sociaux et les militants de la CGT qui les combattent .Dès lors , la quasi majorité des militants du SU , tous affiliés à la CGT décident de revenir à la « grande CGT » et créent officiellement la CGT dans les différentes caisses d’epargne dont la Caisse d’Epargne de Paris , en 1980.

Les évènements des années suivantes les conforteront dans leur décision car dés 1985, le SU accepte un réel recul social qu’il entérinera en 1999 en sabordant notre statut et notre système de retraite complémentaire  ( la CGR) avec la CFTC.

 


 

La loi du 20 août 2008 a soumis les organisations syndicales et professionnelles à des obligations d’établissement, d’approbation, de certification et de publication de leurs comptes (art. L.2135-1 à L.2335-6 du Code du travail).
La publication des comptes annuels est obligatoire pour les organisations syndicales et professionnelles. Compte de résultat 2016